Broncoflex à usage unique

Une nouvelle approche de la bronchoscopie flexible

 

Découvrez notre solution

Broncoflex Covid

Covid-19

Invention et histoire du Bronchoscope

Chevalier Jackson

Le bronchoscope est un instrument optique médical permettant la visualisation de l’arbre bronchique, appelée bronchoscopie. Cette technique est utilisée à des fins diagnostiques ou thérapeutiques (on parle alors de bronchoscopie interventionnelle) dans le cadre de maladies de la trachée, des bronches et du poumon.

Plusieurs instruments permettent la réalisation de bronchoscopies : le bronchoscope rigide, le fibroscope et le bronchoscope flexible (aussi appelé bronchoscope souple).

La première bronchoscopie a été réalisée en 1897 par Gustav Killian, un otorhinolaryngologiste allemand, qui utilisa un œsophagoscope afin de retirer un os de porc dans la bronche d’un patient.

Mais c’est en 1904 qu’apparaît le premier bronchoscope développé par un ORL américain nommé Chevalier Jackson. Celui-ci était constitué d’un œsophagoscope rigide attaché à un tube d’illumination et d’aspiration. Ce matériel a été ensuite modifié et amélioré afin de donner naissance au bronchoscope rigide.

En 1962, le chirurgien thoracique Shigeto Ikeda ajoute un système de fibres optiques pour transmettre une lumière froide via une source externe. Après de nombreuses révisions, le prototype se dote d’un canal opérateur et est commercialisé en 1968. C’est le premier bronchoscope flexible, appelé fibroscope souple. La visualisation directe se fait grâce à un oculaire.

L’ajout d’une caméra en 1987, lance l’ère de la vidéo-bronchoscopie. Les avancées technologiques successives ont remplacé les fibres optiques et la source de lumière externe par des systèmes numériques couplé à une caméra et une source lumineuse intégrée. Ce sont les vidéo-bronchoscopes. L’image s’affiche sur un moniteur.

La dernière innovation majeure est le vidéo-bronchoscope stérile à usage unique. Ce dispositif est équipé d’une caméra, d’un canal opérateur et de LEDs. Il se connecte à un moniteur tactile portable qui permet la visualisation ainsi que l’acquisition de photos et de vidéos. Il s’abstrait complètement des contraintes de désinfection et de disponibilité puisqu’il est à usage unique et toujours prêt à l’emploi.

Aujourd’hui, la bronchoscopie et la pneumologie interventionnelle font partie intégrante des soins pulmonaires et sont devenues des spécialités à part entière.

Premier bronchoscope – 1904

Bronchoscope à usage unique

Ce dispositif est la dernière innovation en bronchoscopie.  Grâce aux avancées technologiques, il est possible d’utiliser des bronchoscopes à usage unique en bronchoscopie flexible thérapeutique et à des fins diagnostiques.

Ils sont analogues aux bronchoscopes flexibles réutilisables conventionnels et peuvent les remplacer dans de nombreuses situations. C’est typiquement le cas dans les services d’Anesthésie et de Réanimation des hôpitaux.

La différence principale est, qu’après utilisation, le bronchoscope flexible réutilisable doit être nettoyé et stérilisé, entretenu, voire réparé en cas de dommages. Ce n’est pas le cas du bronchoscope à usage unique qui est simplement jeté une fois utilisé.

Il existe une grande variété de vidéo-bronchoscopes à usage unique présentant des canaux opérateurs de différents diamètres afin d’y insérer des instruments (pince à biopsie, brosse, sondes), de pratiquer des instillations (sérum physiologique, médicament) ou des aspirations (sang, mucus).

Le choix des utilisateurs se fera en fonction du contexte médical, de l’indication et de l’utilisation souhaitée.

La source lumineuse froide, sous forme de LEDs, est intégrée à la tête distale. Celle-ci est orientable, vers le haut et le bas, à l’aide d’un levier de béquillage sur la poignée. Les derniers modèles permettent par exemple une angulation de plus de 200° haut/bas afin de faciliter la navigation dans les bronches et leurs ramifications.

Le vidéo-bronchoscope est relié à un système de visualisation qui est un écran tactile portable. Ce dernier permet aussi d’effectuer des réglages ainsi que des acquisitions de photos et de vidéos.

Indications et utilisateurs

Les endoscopes bronchiques à usage unique sont utilisés par les services de réanimation, d’anesthésie et de pneumologie.

En réanimation, ils permettent de pratiquer des lavages bronchoalvéolaires (LBA) avec un très bon rendement et des toilettes bronchiques afin de désobstruer les bronches. De plus, les vidéo-bronchoscopes à usage unique s’avèrent pratiques pour la réalisation de trachéotomies percutanées.

En anesthésie, les bronchoscopes à usage unique sont souvent utilisés dans des situations d’urgences telles que la gestion d’intubation difficile non programmée. Au bloc opératoire ou lors de chirurgies thoraciques (ventilation uni-pulmonaire), ils servent à vérifier le bon positionnement de sondes d’intubations endobronchiques à double lumière.

En pneumologie, l’utilisation de l’usage unique est principalement dédiée à la réalisation de biopsies, de ponctions à l’aiguille et la pose de stents en cas de sténose.

Le diamètre externe de l’endoscope bronchique et le diamètre de son canal opérateur sont alors des facteurs cruciaux. D’une part, il est nécessaire d’avoir un diamètre externe faible pour pouvoir explorer les bronches distales et accéder au site d’intérêt. Et d’autre part, il faut que le diamètre du canal opérateur soit suffisamment important pour être compatible avec de nombreux instruments.

La dernière génération de vidéo-bronchoscope à usage unique permet la configuration idéale offrant un diamètre du canal opérateur suffisamment important tout en conservant un diamètre externe le plus restreint possible.

Dans les différents services hospitaliers, les vidéo-bronchoscopes à usage unique sont particulièrement plébiscités pour :

  • les situations hors heures ouvrables (nuit/weekend où il n’y a pas de personnel dédié au retraitement des endoscopes)
  • les urgences
  • les situations à risque de contamination (Covid-19, patients immunodéprimés, patients à prions, etc.)
  • les situations à risque de casse de l’endoscope

Intérêt de l’usage unique

Les bronchoscopes à usage unique sont une alternative aux endoscopes réutilisables offrant une solution pratique aux soignants et plus sûre pour les patients ainsi que le personnel hospitalier.

En effet, les endoscopes réutilisables et écho-endoscopes sont source de multiples infections et présentent des microlésions (comportant des souillures, du biofilm, etc.).

L’utilisation de vidéo-bronchoscopes à usage unique élimine le risque de contaminations croisées entre patients et offre une stérilité garantie. Cela s’explique par l’emballage dans lequel ils sont conservés qui préserve leur stérilité et l’usage d’un seul bronchoscope par patient.

Les endoscopes à usage unique réduisent également les risques professionnels liés à la désinfection : risques chimiques (produits de désinfection), physiques (de manutention), biologiques (liés à la manutention d’endoscopes souillés) et psycho organisationnels (charge mentale, pression temporelle).

Ils sont aussi toujours prêts à l’emploi et disponibles ce qui est un gain de temps pour les soignants. De fait, contrairement aux endoscopes réutilisables, un bronchoscope à usage unique n’est pas immobilisé par des étapes de nettoyage, de désinfection ou de maintenance.

Une fois utilisé sur un patient, le vidéo-bronchoscope à usage unique est simplement jeté.

Les bronchoscopes à usage unique sont des outils appréciables par l’absence de réparation nécessaire et leur coût abordable. Ils sont alors facilement accessibles pour former les internes ou pour des indications risquées comme la trachéotomie percutanée pouvant causer des dommages au matériel.

Covid-19

La pandémie de Covid-19 a notamment modifié la prise en charge des patients dans les services de réanimation, d’anesthésie et de pneumologie. Le but étant d’éviter la contamination du personnel et des patients au virus Sars-Cov2.

Les particules virales se transmettent par les aérosols et les fomites.

On distingue différentes modalités de transmission virale

  • Transmission directe : aéroportée (toux, aérosols) et manuportée principalement
  • Transmission indirecte : via les surfaces et les objets réutilisables (thermomètre, stéthoscope, etc.)
  • La transmission via les conjonctives peut se faire de manière directe et indirecte.
  • La transmission interhumaine va toucher notamment les professionnels de santé en contact avec des patients. Elle comporte différents paramètres à prendre en compte (proximité du patient, toux du patient, environnement…)

La bronchoscopie étant une procédure pouvant générer des aérosols, les sociétés savantes (comme la SFAR, la SPLF en France en Mai et Avril 2020) ont initialement préconisé de reporter toute procédure non urgente.

Les bronchoscopies indispensables, pour des retraits de corps étrangers ou des hémoptysies massives par exemple, doivent être réalisées dans des conditions rigoureuses de protection et avec un personnel limité au strict nécessaire.

Dans ce contexte, le recours aux bronchoscopes à usage unique permet d’éliminer le risque de contaminations croisées entre patients et de limiter le risque d’exposition du personnel au Sars-Cov2.

En effet, ce dispositif est à usage unique et à patient unique : une fois utilisé, il est directement destiné aux déchets DASRI.

De plus, la Société de Pneumologie de Langue Française (SPLF) a recommandé, en Avril 2020, l’utilisation d’un endoscope à usage unique, plutôt qu’un réutilisable, pour garantir une plus grande sécurité du personnel assurant le nettoyage des endoscopes. Par extension, c’est l’ensemble du personnel hospitalier qui est davantage protégé en éliminant l’étape de nettoyage et de retraitement constituant un potentiel foyer de contamination.

Par ailleurs, la portabilité des bronchoscopes à usage unique et de leur écran, permet de réaliser les endoscopies directement dans la chambre du patient (ou dans des structures de soins intensifs dédiées). Cela présente l’avantage de limiter les désinfections post-procédure et le bionettoyage des surfaces (réalisation mobile de la bronchoscopie dans la chambre du patient) tout en préservant le plateau technique dédié aux bronchoscopies pour les patients Covid-19 négatifs.

Plus récemment, une étude du Docteur Thomas Malfait (Pneumologue, Hôpital Universitaire de Gand) publiée en Octobre 2020, a suggéré que la bronchoscopie a une plus-value diagnostique avec des conséquences thérapeutiques pour les patients suspectés de Covid-19 avec une incertitude diagnostique.

L’étude a montré, qu’après 2 PCR négatives sur des patients suspects d’infection Covid-19 mais non réanimatoires, que le LBA (lavage bronchoalvéolaire) met en évidence le SARS-CoV2 mais aussi les co-infections virales et bactériennes.

Solution Broncoflex®

Découvrir le Broncoflex®

Les vidéo-bronchoscopes stériles à usage unique Broncoflex® Agile et Vortex proposent une nouvelle approche de la bronchoscopie flexible en simplifiant la gestion du parc matériel des hôpitaux.

Avec uniquement 2 références, ils permettent de couvrir l’ensemble des indications en bronchoscopie thérapeutique flexible.

Fabriquée en France, cette solution, stérile et toujours disponible limite les risques de contamination croisée.

Le Broncoflex® peut être utilisé pour les indications suivantes :

  • Exploration bronchique
  • Désobstruction bronchique
  • Lavage broncho-alvéolaire
  • Toilette bronchique
  • Biopsie
  • Intubation difficile
  • Trachéotomie percutanée
  • Vérification de positionnement de sonde endotrachéale (simple et double lumière)
  • Prélèvement bronchique distal protégé 

Publications

  • Historical Perspectives of Bronchoscopy. Connecting the Dots – Tanmay S. Panchabhai et al., Am J Respir Crit Care Med, 2015. Annals of the American Thoracic Society, Volume 12, Issue 15 – https://doi.org/10.1513/AnnalsATS.201502-089PS
  • Barron, S.P., Kennedy, M.P. Single-Use (Disposable) Flexible Bronchoscopes: The Future of Bronchoscopy?. Adv Ther 37, 4538–4548 (2020) – https://doi.org/10.1007/s12325-020-01495-8
  • Précautions particulières pour la réalisation d’une endoscopie bronchique durant la phase épidémique COVID-19. Recommandations de la Société de pneumologie de langue Française (SPLF), Avril 2020
  • Recommandations d’experts portant sur la prise en charge en réanimation des patients infectés à SARS-CoV2Version 5du 07/11/2020SRLF-SFAR-GFRUP-SPILF-SPLF-SFMU
  • Late Breaking Abstract – The role of bronchoscopy in COVID-19 patients during the SARS CoV-2 pandemic Thomas Malfait, Jozefien De Clercq, Linos Vandekerckhove, Jerina Boelens, Stien Vandendriessche, Liselotte Coorevits, Bruno Verhasselt, Elizaveta Padalko, Simon Malfait, Katrien Hertegonne, Fré Bauters, Dieter Stevens, Yannick Vande Weygaerde, Wim Van Biesen, Floris Vanommeslaeghe, Francis Verbeke, Karim Vemaelen, Eva Van Braeckel – European Respiratory Journal Sep 2020, 56 (suppl 64) 4146; DOI: 10.1183/13993003.congress-2020.4146 – https://doi.org/10.1183/13993003.02767-2020
Contact

Remplissez le formulaire ci-dessous pour toute question

    * champs obligatoires

    Nom *

    Prénom *

    Spécialité

    Etablissement *

    E-mail *

    Téléphone *

    N° Voie

    Adresse

    Code Postal *

    Ville *

    Sujet *

    Message *